L'effet placebo aurait des préférés

Par Hallkalah le 01/14/09 - Paru dans Science-international | 0 commentaires





Image: www.carevox.fr



À votre insu, sûrement avez-vous déjà été sujets d’expériences en lien au placebo, et peut-être même que les résultats probants y étaient. L’effet placebo peut se définir comme une amélioration de la santé prétendument liguée à un traitement alors qu’il n’en n’est rien. Du Latin « je plairai », le placebo est aussi inoffensif qu’une pilule remplie de sucre ou d’amidon. Effectuer de « fausses » chirurgies ainsi que de « fausses » psychothérapies sont aussi des pratiques dites incitatives et stimulantes.

Même si plusieurs théories sont émises sur ce sujet passionnant, celle de la subjectivité psychologique semble être l’une des plus plausibles et prisées. Le fait mystère demeure que le patient, n’étant pas au courant de l’insignifiance du traitement, s’auto suggère psychologiquement une bonne réaction en raison d’une forte croyance au traitement proposé. Une sensation d’amélioration physiologique est parfois remarquée avant même le commencement de la médication, tout simplement parce que le patient se sent rassuré. Il ne faudrait pas se faire d’illusions, le placebo est loin d’être un remède miracle; c’est surtout la répercussion, tant soit-elle minime ou proéminente qui attire l’attention des chercheurs car ce phénomène dévoile et remâche le questionnement sur le potentiel des facultés mentales et auto guérisseuses que peut générer la puissance énigmatique du cerveau.

Néanmoins, une récente étude menée par des scientifiques suédois parue dans le « Journal of Neuroscience » propose une nouvelle et parcelle vision du sujet. Ils auraient été en mesure de déceler un gène qui serait en partie chargé de créer une réaction de satisfaction dans le cerveau et qui conséquemment aurait de l’influence sur le déclenchement du fameux effet placebo.

Si leur étude s’avère crédible, cela prédisposerait certaines personnes à mieux réagir à ce traitement; ce qui pourrait d’une pierre deux coups, expliquer pourquoi plusieurs n’y réagissent nullement. Concédons-le, il est beaucoup plus agréable de songer au pouvoir insoupçonné et insondable de notre cerveau…


 


  • Paru dans Science-international | 0 commentaires | Articles lus 2747 fois.
  • Vote : Moyenne de 2.96 / 5 pour 301 votes.
  • 1 2 3 4 5
  • Merci de voter!








X
Aime notre page Facebook:
Pour recevoir les meilleures videos choc, insolites et touchantes directement dans ton newsfeed! Des buzz garantis!