Hausse des régimes draconiens chez les adolescents

Par Calixte le 05/11/12 - Paru dans Sante | 0 commentaires

La moitié des adolescentes québécoises de 14 à 18 ans essaie de perdre du poids. Trois adolescentes sur quatre sont mécontentes de leur poids et cela apparaît à des âges de plus en plus précoces, et ce, même chez des enfants de moins de douze ans.

Dans la plupart des cas, les jeunes filles concernées ne souffrent ni d’obésité ni de surpoids. Cette volonté de maigrir est avant tout esthétique et influencée par les diktats de la mode. Le déclencheur est souvent l'envie d'imiter leurs amies ; dans d'autres cas, les jeunes filles qui veulent maigrir le font à la suite de réflexions sur leur poids. Cette quête effrénée de la minceur - voire de la maigreur - est très répandue dans nos sociétés, chez les femmes, en particulier, car elles souhaitent ressembler aux icônes de la mode, aux mannequins et aux stars vus dans les magazines.

Les médecins alertent aujourd'hui sur ce constat et mettent en garde les parents et les adolescents concernés. Chez les plus jeunes, les moyens employés pour perdre du poids sont souvent inappropriés et mettent en danger leur santé ; afin de maigrir vite, beaucoup se privent ou sautent des repas. Le risque à terme est de compenser cet état de jeûne par une alimentation déséquilibrée, et de développer des troubles du comportement alimentaires de type anorexique ou boulimique. Si les jeunes filles sont les premières touchées, les garçons peuvent également être affectés.

 


  • Paru dans Sante | 0 commentaires | Articles lus 1382 fois.
  • Vote : Moyenne de 3.06 / 5 pour 198 votes.
  • 1 2 3 4 5
  • Merci de voter!








X
Aime notre page Facebook:
Pour recevoir les meilleures videos choc, insolites et touchantes directement dans ton newsfeed! Des buzz garantis!